Non classé

Socrate – Jésus – Bouddha (Par F.LENOIR)

Socrate-Jésus-Bouddha

 

L’homme a
besoin d’entrer dans une autre logique que celle de « l’avoir » pour
être satisfait et devenir pleinement humain, il accède dès lors à son être, s’il apprend à connaître le monde et à
se maîtriser, à appréhender le monde qui l’entoure et le respecter.

Il doit
découvrir comment vivre avec les autres, gérer ses frustrations, acquérir la
sérénité, surmonter les souffrances inévitables de la vie, mais aussi se
préparer à mourir les yeux ouverts.

C’est un art qui s’apprend, en interrogeant
les sages et en travaillant sur soi.

On
considère, le Bouddha, Socrate et Jésus comme les fondateurs d’un
« humanisme spirituel ».

Karl Jaspers les considère comme ceux
qui ont donné la mesure de l’humain.

Seule, la
recherche de l’être et de la responsabilité individuelle et collective peut
nous sauver de nous-mêmes !

L’ apôtre Paul entend expliquer la nouveauté de la
foi chrétienne par rapport à la loi juive, et ses épîtres fondent véritablement
la doctrine chrétienne.

Certains
éléments ponctuels sont fournis, mais ils sont dits « apocryphes », c’est-à-dire non intégré au canon
officiel des Eglises Chrétiennes.

Les évangiles de Marc, Matthieu et
Luc sont dits « synoptiques »
car on peut les mettre en colonne et les comparer et qu’ils
utilisent les mêmes expressions, malgré les divergences chronologiques pour
raconter la vie de Jésus en Galilée, son unique voyage vers Jérusalem, suivi de
sa crucifixtion.

 

I – Origine sociale et enfance  des trois initiés

 

-
BOUDHA

  • L’Inde du VIème reste
    dominée par le védisme, religion confisquée par les prêtres, et les
    brahmanes, membres d’une caste supérieure, qui ne se mêlent pas au peuple, mais
    se consacrent à d’interminables et complexes rites codifiés par les Veda.

Sous leur influence, l’Indus a adopté une division sociale
hiérarchisée et totalement étanche « les
castes ».

C’est cette vision fermée et privilégiée d’une minorité que
contestera plus tard le Boudha

Il se nomme « Siddhârta,
celui qui peut exaucer les  souhaits des
deva et des hommes »,
il accomplira son destin alors même que son père
a tout fait pour lui éviter la vision de la
mort, la souffrance, la maladie au sein d’une prison dorée

 

-
SOCRATE

  • Il
    naît de la rencontre entre une sage femme et d’un sculpteur, alors que les
    « physiciens » découvrent que l’univers forme un tout et que la
    connaissance du monde passe d’abord par celle de l’homme, « il faut s’étudier soi même et tout apprendre par soi même
    affirme Héraclite

Dépassant la pensée sophistique, il insiste sur le fait bien
qu’il se soit instruit sa vie durant, il ne fut le disciple de personne

 

-
JESUS

  • La
    tradition évangéliste le rattache à la lignée de « David », et pour les premiers chrétiens cet élément
    est capital et par ailleurs rappelé dans les épîtres de Paul aux Romains.

Les prêtres sont obsédés par la pureté et le suivi de la Loi,
or, Jésus vient pour l’accomplir et la dépasser.

 

 

II – Sexualité et famille

 

-
Socrate : Le père de famille qui
aimait les jeunes gens

  • Même
    si Socrate est attiré par les jeunes garçons, et en dépit des démonstrations
    d’affection, la volonté du philosophe est de refuser l’amour du corps au profit
    du seul amour de l’âme.

-
Bouddha : Le renonçant

  • Dans
    son palais, le jeune prince Siddhârta jouissait de tous les plaisirs de la vie,
    mais ayant atteint l’éveil, il n’aura de cesse de prêcher aux siens de se
    garder de la recherche du faux bonheur que procurent les plaisirs des sens, car
    la sexualité est le plaisir par excellence, et que le désir est le principal
    écueil sur la voie de l’Eveil, il
    interdira sa pratique à ceux qui optent pour la voie monastique.

 

-
Jésus : Le Célibataire

Dans son
enseignement, Jésus décrit le mariage comme l’état naturel de l’homme,
cependant aucun des textes ne le présente comme marié.

Il préfère
suivre la voie des prophètes itinérants et des esséniens, groupe d’ascètes
radicaux qui prônaient le célibat en vue d’accéder au Royaume de Dieu

 

II – Naissance d’une vocation

 

-
Bouddha : L’éveil intérieur

  • C’est
    à la suite d’une orgie, que le Prince Siddhârta
    âgé de 30 ans
    , décide de chercher la voie de l’éveil. Il abandonne tous ses
    biens, et rejoint des maîtres yogi réputés, et parvient à les surpasser
    rapidement.

Il poursuit sa quête auprès d’ascètes plus stricts et adopte
des pratiques extrêmes de sacrifice de soi, vues comme unique accès à la
libération.

Il frôle la mort et ne
connaît toujours pas la délivrance, puis s’asseyant auprès d’un arbre appelé « Ficus religiosa », il fait
vœu de ne plus bouger avant d’avoir découvert la vérité.

Il de vient alors le Bouddha, l’éveillé, et acquiert ce que
la tradition appelle les « six
connaissances »,
qui permettent de sortir du samsara.

Accompli, il entame sa carrière de prédicateur qui durera 45
ans, pour enseigner le « dharma »,
la voie.

 

-
Jésus : L’appel de Dieu

  • Jésus,
    se fait baptiser par Jean le Baptiste dans le Jourdain, les évangélistes Marc,
    Matthieu et Luc rapportent l’évènement en précisant qu’au moment ou Jésus est
    sorti de l’eau, les cieux se sont déchirés : L’esprit est descendu sous la
    forme d’une colombe, et une voix « partit du ciel », lui disant :
    « Tu es mon fils », (Luc,
    3,21-22)

 

 

 

Journalintimepublique |
Finest Method To Reduce Wei... |
Fewminutesinmyhead |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | lolaroman
| Lesmotsnousetgeorgesbrassens
| Marionmass18